Leçon 1, Chapitre 1
En cours

Le monde des morts

Auteur Test 24/09/2021
Leçon Progress
0% Complete

Vous savez que dans le monde des morts, on n’évolue plus. Dans le monde des morts, qu’est-ce qu’on fait ? On recherche des contacts avec le monde des vivants. Alors certaines personnes vivantes qui ne sont pas suffisamment capables de s’autogérer, peuvent servir de médiums. Elles vont permettre aux êtres du monde des morts qui ne sont que des formes mémorielles de choses passées, elles vont permettre à ce monde parallèle de pouvoir s’exprimer dans le plan de l’homme vivant. Mais l’homme vivant ne veut pas s’exprimer dans le monde des morts, mais le monde des morts veut s’exprimer dans le plan de l’homme vivant parce que dans le monde des morts, il n’y a pas d’existence propre, il n’y a pas d’évolution non plus. L’homme n’évolue que lorsqu’il vit, et de ce fait, l’homme tient à conserver sa vie. Lorsque l’homme tend à créer un cadre d’évolution qui fait fi même de la vie, qui fait fi des lois régissant le plan vital de l’homme, quand vous êtes fatigués, c’est parce que vitalement, il vous manque de quoi. Quand vous êtes malade, c’est parce qu’au niveau du plan vital il s’est passé quelque chose qui a été exprimée par votre matière physique, vous êtes malade, et tout ça au nom d’une démarche psychologique. Je suis stressé dans la PSYCHOLOGIE, ton corps physique, tu as un ulcère d’estomac ; j’ai peur dans la PSYCHOLOGIE, ton coeur se met à battre à un rythme affolant ; j’ai le désir de telle chose dans la PSYCHOLOGIE, et le corps physique, ce n’est pas qu’il faut, disons, déifier le corps physique mais si vous êtes ici ce soir, c’est parce que vos jambes ont pu vous supporter, votre corps physique, disons, supporte votre cerveau et votre corps physique, votre cerveau veut que le corps physique aille. Et le corps, le cerveau, c’est aussi une matière physique qui exprime des connotations énergétiques du plan vital, du plan astral, du plan mental ou pour certaines rares entités du plan supramental. 

Maintenant, le corps physique, on doit l’entretenir, et ça, dans la démarche évolutive, on ne l’entretient pas. De temps en temps, on y pense, on crée une philosophie du végétarisme, par exemple, on crée différentes choses pour plaire à un concept psychologique de l’évolution, encore une fois, mais pas parce que l’on comprend l’intelligence de s’améliorer. Et c’est ça que l’homme doit faire. Lorsque l’homme est mal pris, il s’en sort parce qu’il souffre, il ne s’en sort pas parce qu’il comprend l’intelligence d’économiser de l’énergie.